En moto-taxi à Koh Mook

À l’extrémité sud de la Thaïlande, l’île de Koh Mook est un petit joyau à découvrir absolument en… moto-taxi ! Taillés pour le minuscule débarcadère qui s’étend sur environ un kilomètre dans la mer et la topographie si particulière de l’île, ces engins improbables constituent un moyen de transport idéal pour partir à sa découverte. En route !

La grotte des pirates

Située dans la province de Trang à proximité de Koh Lanta et de Koh Kradan, Koh Mook,  l’« île perle » en français, porte bien son nom. Si l’on ne séjourne pas sur l’île, de nombreuses croisières sont organisées depuis les autres îles de l’archipel de Trang pour la visiter.

Les excursions sont généralement combinées avec la visite de Morakot Cave, la « grotte d’émeraude ». Ce hong (grotte à ciel ouvert) est l’attraction phare de Koh Mook. Accessible uniquement en bateau, l’entrée de la grotte qui se trouve sous la falaise est à peine visible. Mieux ne vaut pas être claustrophobe, car il faut nager à l’aide d’une lampe frontale à travers une cavité obscure qui serpente sur près d’une centaine de mètres.

À l’arrivée, on découvre une petite plage de sable blanc complètement cernée par la végétation et de hautes falaises. Selon la légende, l’endroit servait jadis de planque aux pirates qui sévissaient dans la région.

Mon conseil

Il vaut mieux se rendre à Morakot Cave très tôt le matin. Vous éviterez les groupes de touristes qui défilent tout au long de la journée.

Après cette nage sportive (il y a beaucoup de courant dans la grotte), rendez-vous au port de Koh Mook où l’on découvre les fameuses motos-taxis. Il n’y a que des deux-roues qui circulent sur l’île où même les tuk-tuks ne pourraient pas passer partout. Ce moyen de transport est donc la meilleure solution pour partir en excursion à Koh Mook.

blog thailande_koh mook_04
L'entrée de Morakot Cave se trouve sous la falaise dans l'obscurité © Jérôme Cartegini
blog thailande_koh mook_05
Premier aperçu de Koh Mook depuis son débarcadère longiligne © Jérôme Cartegini

L’île de Koh Mook et ses habitants

D’une superficie de 10 km2, Koh Mook (ou Koh Muk) est réputée pour ses superbes plages, dont celle de Hat Farang, aussi appelée Charlie’s Beach. Cette longue étendue de sable blanc bordée de cocotiers et baigant dans une mer émeraude se trouve sur la côte sud-ouest de l’île à environ 3 km du débarcadère de Koh Ban. Pour la rejoindre, il faut traverser l’île d’est en ouest en moto-taxi, version thaïe du side-car qui se trouve être incroyablement confortable pour photographier les paysages.

Habitée par d’anciennes communautés musulmanes, une grande partie de l’île a conservé un charme authentique avec ses petites maisons en bois sur pilotis, ses cocoteraies et ses cultures d’hévéas. Outre les paysages à couper le souffle, la balade permet d’observer toutes sortes de scènes de la vie quotidienne des habitants dans les villages, sur le perron des maisons, dans les champs de culture et les cocoteraies.

 

blog thailande_koh mook_11
Les brinquebalantes maisons sur pilotis de Koh Mook © Jérôme Cartegini
blog thailande_koh mook_07
Ramasseur de noix de coco, un métier à haut risque ! © Jérôme Cartegini

Après une halte sur Charlie’s Beach, on continue la route en longeant le littoral jusqu’au village des pêcheurs. Des petits restaurants improvisés chez les habitants permettent de déguster du poisson grillé pour trois fois rien, un régal.

En se baladant dans le village, on découvre un atelier de réparation de long-tail boat à l’ancienne et des cages d’oiseaux en bois suspendues un peu partout autour des habitations. On apprend qu’une partie de la communauté élève des oiseaux exotiques pour participer à des concours !

On termine cette journée par une longue pause sur une autre superbe plage appelée Hat Silavai.

Koh Mook est l’une des rares petites îles du sud de la Thaïlande qui n’est pas entièrement dédiée au tourisme et où l’on peut encore partager des moments avec ses habitants si chaleureux et débrouillards. Un vrai bonheur…

photo principale : « La moto-taxi, moyen de transport 100% local » © Jérôme Cartegini