Full Moon Party : pour ou contre

Au rythme du cycle de la lune, la Full Moon Party rassemble chaque mois des milliers de personnes sur l’île de Ko Pha Ngan située dans le golfe de Thaïlandedans le sud-est du pays. Créée il y a une vingtaine d’années, cette fête mythique se déroule sur la superbe plage de HaadRin offrant une vue imprenable sur la lune.

Du rock à la techno…

blog thailande_full moon_koh pha ngan_5

Ce qui n’aurait été au départ qu’un anniversaire entre amis est devenu en deux décennies l’une des fêtes les plus connues de la planète et… un ÉNORME business.

Afin d’exploiter au mieux ce filon de fêtards venus des quatre coins du monde, d’autres fêtes se succèdent désormais sur l’île telles que la Black Moon Party, ou les Half Moon Party (fête de la demie lune) qui se déroulent cette fois en pleine jungle une semaine avant et une semaine après la Full Moon Party.

La Full Moon que j’ai connue lorsque je m’y suis rendu pour la première fois il y a dix-huit ans n’est plus qu’un lointain souvenir… À l’époque, les routards découvraient bien souvent l’existence de la fête une fois sur place. Aujourd'hui, la Full Moon Party peut rassembler plus de 25 000 personnes en haute saison ! Les jeunes fêtards viennent des quatre coins du globe spécialement pour y participer.

Difficile de reconnaître la Full Moon Party des années 80 avec son ambiance post-hippie ultra planante où résonnait toute la nuit les tubes des légendes du rock et du reggae : Rolling Stones, The Doors, Eric Clapton, Pink Floyd, U2, Dire Straits ou encore Bob Marley. En dehors du cadre naturel toujours aussi magnifique de l’île et de la plage d’HaadRin, la Full Moon Party ressemble désormais à un immense festival de musique techno.

La nuit de tous les excès

blog thailande_full moon_koh pha ngan_3

Sous fond de musique répétitive à souhait, la fête bat son plein sur la plage du coucher au lever du soleil. La génération Y (18-25 ans) compose désormais la grande majorité des participants.

Tout est prévu pour enivrer les foules avec notamment les fameux stands de buckets qui fleurissent un peu partout sur la plage. Il s’agit de stands avec des étals de petits, de moyens, voire même de grands sceaux remplis d'une mixture à base d'une bouteille d’alcool fort (en général de la vodka ou du whisky thaï), de sodas ou de boissons énergisantes et de plusieurs pailles. Un cocktail explosif d’à peine quelques euros que certains imprudents mélangent de surcroît avec toutes sortes de psychotropes (attention, les autorités thaïlandaises ne plaisantent pas avec les substances illicites et la police sur l’île veille au grain !)

Au fil de la nuit, la plage se transforme en véritable champ de bataille avec des centaines de jeunes complètement saouls qui s’effondrent peu à peu à même la plage au milieu des cadavres de bouteilles. Signes qui ne trompent pas, de petits dispensaires privés ont fleuri un peu partout aux abords de la plage pour pouvoir accueillir les « blessés » de la Full Moon Party. Outre les comas éthyliques par dizaines, ils prennent en charge les brûlures multiples des jeunes qui ont eu la mauvaise idée de vouloir imiter les jongleurs de feu thaïs durant la nuit !

Quelques conseils

blog thailande_full moon_koh pha ngan_7

En me lisant, vous aurez compris que je ne suis pas super fan de ce qu’est devenue la Full Moon Party, mais c’est quand même un événement assez incroyable à voir au moins une fois. L’ambiance reste malgré tout assez bon enfant, du moins surtout pendant la première partie de la nuit.

Prenez peu d’argent sur vous et si vous êtes plusieurs, convenez d’un point de rendez-vous – à votre hôtel par exemple – si vous vous perdez de vue durant la nuit. Enfin, n’abusez pas du whisky thaï (le mekong !), car cette boisson a priori douce et sucrée en a surpris plus d’un et vous garantit une gueule de bois le lendemain des plus salées ! À bon entendeur…

Assister à une Full Moon Party

Les prochaines auront lieu à Ko Pha Ngan les 8 septembre, 10 octobre, 6 novembre, le 25 et 31 décembre.

© photo principale : Jérôme Cartegini © autres photos : Jérôme Cartegini ; Jérôme Cartegini ; Yoshi