Hommage au roi – 1

Le roi Bhumibol Adulyade de Thaïlande s’est éteint le 13 octobre 2016 à l’âge de 88 ans après 70 ans de règne. Un homme hors du commun adulé comme un dieu et que pleurent aujourd’hui plus de 68 millions de Thaïlandais. Le chef de la junte militaire au pouvoir, le général Prayuth Chan-ocha a annoncé une période de deuil nationale d’une année. Depuis, absolument partout dans le royaume, la population porte des vêtements noirs.

Un deuil sans précédent

Des programmes TV, aux sites Internet, en passant par les journaux, les affiches d’hommage au roi, ou les immenses banderoles de tissu accrochées tout autour des bâtiments administratifs, des monuments, des temples et des entreprises sont tous passés au noir et blanc durant un minimum de 30 jours. Un deuil imposé par les autorités, mais sans conteste voulu par les Thaïlandais qui vouaient une admiration sans limite à leur roi. La plupart des médias (numériques ou télévisuels) continuent d’ailleurs encore aujourd’hui à diffuser en noir et blanc, alors que le délai imposé n’était que de 30 jours.Il faut dire que la peur du crime de lèse-majesté est si sévèrement punie en Thaïlande que l’on assiste certainement à une surenchère.

Même si le futur nouveau roi Rama X est très loin de bénéficier de l’aura de son père, mieux vaut ne surtout pas aborder ce sujet ou émettre la moindre critique. Que vous soyez étranger ou pas, tout ce qui touche de près ou de loin à la famille royale est totalement tabou. Près de deux mois après la mort du souverain, la ferveur de la population à son égard n’est toujours pas retombée. À la télévision, les émissions sur la vie du monarque tournent 24 h/24, et des milliers voire des centaines de milliers d’affiches à son effigie ont été installées dans les rues, les places, les parcs, les jardins, sur le bord des autoroutes, les aéroports… Bien qu’il ait été officiellement désigné, Rama X demeure très discret et à l’inverse de son père, très peu d’images de lui sont diffusées.

Scène de liesse populaire au Palais Royal

Toute la Thaïlande pleure le roi, mais c’est à Bangkok et notamment au Palais-Royal que les scènes d’hommage au roi défunt sont les plus impressionnantes. Chaque jour, ce sont des milliers de personnes noires vêtues qui viennent faire la queue parfois durant des heures pour se prosterner près de la dépouille du roi. Les autorités qui voulaient limiter à 10 000 le nombre de visiteurs par jour ont dû y renoncer face à une affluence rassemblant certains jours plus de 100 000 personnes venues des quatre coins du royaume. Des stands ont été aménagés pour donner gratuitement à manger et à boire à tous les visiteurs, y compris les touristes.

Des bénévoles nous accrochent un petit ruban sur la poitrine que tout le monde porte en hommage au roi. Toujours aux abords du Palais Royal, nous avons pu mesurer à quel point la famille était respectée. Tout autour de l'immense palais, des fidèles viennent déposer des gerbes de fleurs et priés au pied des remparts.

Entre fascination et idolâtrie

Quelques heures après la mort de Bhumibol, le prince héritier Maha Vajiralongkorn âgé de 64 ans a demandé un délai avant de monter sur le trône. Autant dire que le futur Rama X qui vit en Allemagne la plupart du temps n’aura pas la tâche facile. Le roi Bhumibol est omniprésent, sur chaque timbre poste, chaque billet de banque, chaque pièce de monnaie, chaque administration... Comment remplacer un monarque hissé au statut de demi-dieu durant 70 ans d’un règne exceptionnel ? Les Thaïlandais vont-ils vouer une telle fascination au nouveau roi, rien n’est moins sûr. Les mois à venir vont sans doute être déterminants pour l'avenir de la monarchie thaïlandaise.

© photo principale : Jérôme Cartegini © photos article : Jérôme Cartegini