Ko Phayam, l’île préservée

Malgré le nombre impressionnant d’îles que compte la Thaïlande, peu d’entre elles échappent encore au tourisme de masse, en particulier dans le sud du pays. Ko Phayam est pourtant l’exception qui confirme la règle, mais peut-être pas encore pour très longtemps. Levé de rideaux sur ce paradis perdu...

Bienvenue au paradis

Bien qu’elle ne figure pas au programme des circuits touristiques bien balisés, Ko Phayam est relativement facile d’accès. Au large du littoral de la mer d’Andaman, on peut s’y rendre en bateau depuis la ville de Ranong qui se trouve à environ 600 km au sud de Bangkok. Il faut compter environ 2 heures de navigation en ferry, ou 45 minutes en Speed Boat. Durant la haute saison (entre les mois de décembre et avril), il y a également des vols directs depuis Bangkok. Cette facilité d’accès témoigne du succès grandissant de l’île qui n’était pas répertoriée dans les guides touristiques il y a encore quelques années. Ko Phayam demeure cependant aux antipodes des îles surexploitées telles que Ko Pi Pi, Krabi ou Ko Samui.

D’une taille de 10 km de long pour 5 km de large, l’île ne compte qu’un seul village où se trouve l’embarcadère. Sa population d’environ 500 personnes se compose principalement de Thaïs, de Birmans et de Chao Leh, des gitans de la mer sédentarisés. Presque entièrement recouverte d’une épaisse jungle, l’île abrite une riche faune sauvage, dont des singes, des cochons sauvages, des serpents et une myriade d’oiseaux exotiques dont les impressionnants toucans et calaos. Une route principale qui fait le tour de l’île ainsi que des pistes qui la traversent de part en part permettent de se déplacer facilement à pied, en vélo ou en moto. Pour le plus grand bonheur des voyageurs, l’île ne compte aucune voiture.

blog-thailande-ko-phayam-1
© Jérôme Cartegini
blog-thailande-ko-phayam-4
La forêt primaire quasi intacte est le paradis des calaos. © Jérôme Cartegini

Une oasis flottante

Les côtes nord-ouest et sud-est de l’île sont bordées de superbes grandes plages de sable blanc, ainsi que de petites criques isolées. L’idéal pour s’adonner à l’activité principale de l’île, à savoir buller au soleil et profiter des eaux chaudes de la mer d’ Andaman. Si Ko Phayam n’est pas l’île la plus réputée pour le snorkeling, elle possède en revanche plusieurs spots de surf, notamment sur les plages d’Ao Yai ou Long Beach. Une activité rarissime en Thaïlande qui ne compte qu’une poignée de lieux où il est possible de surfer. Les nombreux sentiers en pleine jungle font quant à eux le bonheur des amateurs de randonnées (faciles) et de VTT.

Malgré les changements qui s’opèrent sur l’île depuis quelques années, l’endroit est encore bien préservé. Les restaurants, les bars et les hébergements qui longent les côtes sont pour la plupart des constructions en bois avec des toits traditionnels en palmes. En dehors de quelques resorts haut de gamme, l’électricité n’y est disponible que quelques heures par jour. Une destination de rêve pour se déconnecter du reste du monde, le temps d’un séjour. À découvrir très rapidement !

blog-thailande-ko-phayam-3
Les hébergements de l'île sont essentiellement des petits bungalows en bois regroupés près des plages des côtes. © Jérôme Cartegini
© photo principale : Jérôme Cartegini © photos article : Jérôme Cartegini