Krabi : bienvenue au paradis !

Au sud-est de la Thaïlande, la province de Krabi est un endroit comme il en existe peu dans le monde. Entre sa jungle luxuriante, ses parcs nationaux, ses pitons rocheux, ses grottes calcaires, ses plages immaculées, cette région regorge de merveilles naturelles.

Krabi, carte postale hollywoodienne

Bon nombre de visiteurs ressentent comme une impression de déjà-vu en arrivant pour la première fois à Krabi. Normal, car ce sont les paysages exceptionnels de cette région du sud de la Thaïlande que l’on retrouve le plus souvent dans les magazines et les cartes postales.

C’est ici aussi qu’une bonne partie du film de James Bond L’Homme au Pistolet d’or a été tournée à la fin des années 60. De nombreuses excursions en bateau proposent de marcher sur les pas de 007 (alias Roger Moore) sur la petite île Ko Phin Kan où l’on peut se baigner et pique-niquer au beau milieu d’un décor naturel à couper le souffle.

 

Hong Island, dans le parc national marin Than Bokkhorani, à Krabi
Hong Island, dans le parc national marin Than Bokkhorani, à Krabi

Krabi et ses environs

La petite ville de Krabi n’a pas vraiment d’intérêt, si ce n’est d’être à proximité d’un littoral et d’un chapelet d'îles d’une beauté et d’une richesse exceptionnelles. À proximité de la ville se trouve l’un des plus beaux parcs nationaux du pays, Thamboke Korami, qui abrite notamment la magnifique grotte Tham Hua Kalok et ses peintures rupestres, mais également de splendides cascades en pleine jungle, des rivières souterraines, etc.

La province de Krabi est surtout connue pour ses plages paradisiaques, dont l’incontournable Ao Nang Beach sur la baie éponyme. Cette immense plage de sable blanc bordée par les eaux émeraude de la mer d'Andaman est cernée par d’immenses pitons rocheux troués de grottes calcaires.

Ao Nang est aussi le point de départ des bateaux pour les îles alentour (il y en a plus de 200), ou des plages du littoral n’étant pas accessibles par la route. L’une des plus belles, Railay Beach, se trouve justement sur la côte à environ 45 minutes en bateau. Un paradis loin des routes et des klaxons avec toujours, du sable blanc, des eaux translucides et des pitons rocheux partout, sur mer comme sur terre. Les amateurs d’escalade connaissent bien cet endroit, car chaque année au mois d’avril a lieu l’un des plus importants concours d’escalade du monde baptisé Rock Fire.

 

Le parc national marin de Mu Ko Phi Phi, à Krabi
Le parc national marin de Mu Ko Phi Phi, à Krabi

Que faire à Krabi ?

Bien qu’il y ait de plus en plus de visiteurs, la région est encore bien préservée. C’est une destination où il faut aller pour partir à la découverte de la nature, plus que pour faire la fête. Vous n’y retrouverez pas l’ambiance de Phuket ou de Ko Samui, par exemple.

On peut facilement rester quelques jours à lézarder sur la plage pour contempler ce que la nature a de plus beau à offrir et s’adonner à toutes sortes d’activités sportives : randonnée en pleine jungle, visite de grottes, snorkeling, plongée, et pour les amateurs, l’escalade. À noter que les environs de Krabi abritent l’un des tops 10 pour la plongée dans le monde avec Koh Poda, Koh Hong, Hin Muang et les récifs Hin Dang, Koh Rok et Koh Ngai.

 

Phi Phi Don Island, l'une des perles de Krabi
Phi Phi Don Island, l'une des perles de Krabi

À ne surtout pas faire à Krabi !

En Thaïlande, on peut toujours trouver une solution pour se déplacer n’importe où, n’importe quand et à n’importe quelle heure. C’est vraiment génial, mais c’est aussi comme ça que de fil en aiguille j’ai vécu l’une des traversées en bateau les plus cauchemardesques de ma vie.

Après plusieurs jours passés près de Railay Beach, nous commencions à nous ennuyer un peu et nous voulions retrouver la civilisation au moins pour quelques heures. En fin de journée, on décide sur un coup de tête de monter sur la dernière navette pour aller à Krabi en sachant qu’il n’y en aurait pas pour revenir. On se disait que de toute façon, on trouverait bien une solution pour rentrer, même en pleine nuit.

Après quelques heures passées à Krabi, on commence donc à chercher une embarcation pour rentrer à notre hôtel. Contre toute attente, on essuie de nombreux refus, car la mer était mauvaise (depuis la côte, elle avait l’air pourtant très calme). Vers 22 heures, un pêcheur finit, non sans peine, par accepter de nous emmener. Nous sommes montés dans la barque à moteur sans aucune inquiétude et évidemment sans gilet de sauvetage.

La traversée qui dure environ 45 minutes avec la navette va en fait nous prendre plus de 3 heures. À peine sortis de la baie, nous avons dû nous accrocher comme nous pouvions à la barque pour ne pas passer par-dessus bord tellement la mer était déchaînée. Trois heures interminables à nous faire secouer comme des pruneaux et à se cogner le dos et les genoux contre les parois du bateau. Lorsqu’on a enfin accosté sur Railay Beach et que notre vaillant pêcheur a décidé d’attendre le lendemain pour rentrer, on s’est dit qu’on l’avait vraiment échappé belle.

© photo principale : ONT © autres photos : ONT