Le mystère du bouddha d’Émeraude

Situé dans un temple du majestueux Grand Palais de Bangkok, le bouddha d’Émeraude est l’une des images les plus sacrées et les plus fascinantes du royaume. Vénérée par les rois depuis des siècles, elle n’a toujours pas livré tous ses mystères…

L’image sacrée

Bangkok abrite pas moins de 400 temples bouddhiques, dont certains sont considérés comme les plus beaux du monde. Si vous êtes pris par le temps, le plus spectaculaire à visiter est sans doute le Wat Phra Kaeo, ou temple du bouddha d’Émeraude, qui se trouve dans le centre historique de Bangkok sur les bords du fleuve Chao Praya. Situé dans l’enceinte du Grand Palais, il fut construit en 1784 par Rama Ier pour abriter une fabuleuse statue du Bouddha en pierre de jade. Celle-ci constitue le symbole religieux le plus important pour la dynastie régnante Chakri.
Entourée de légendes, cette statue de seulement 66 centimètres de hauteur a été sculptée dans une unique pierre de jade au XVe siècle. Elle fut découverte en 1434 dans un temple de Chiang Rai après qu’un chedi eût été frappé et éventré par la foudre. Recouverte à l’époque par un stuc doré, sa véritable origine reste à ce jour inconnue. Au bout de quelques temps, le stuc commença à s'effriter, laissant apparaître une statue bien plus précieuse. Lorsque le roi Sam Fang Kaen de Chiang Mai en entendit parler, il ordonna qu'on lui ramène depuis Chiang Rai, mais l’éléphant chargé de transporter le bouddha d’Émeraude se trompa de chemin. Pour ne pas contrarier ce signe de la volonté divine, le roi préféra le laisser sur place à Lampang où il fut installé dans le Wat Phra Kaeo Don Tao.

Vue du Grand Palais et du Wat Phra Kaeo depuis le fleuve Chao Praya
Vue du Grand Palais et du Wat Phra Kaeo depuis le fleuve Chao Praya
En pierre de jade, le Bouddha d’Émeraude ici en tenue d'été doit son nom à sa couleur verte.
En pierre de jade, le Bouddha d’Émeraude ici en tenue d'été doit son nom à sa couleur verte.

Un trône pour le bouddha de jade

Les rois qui se sont succédé ont tous sans exception voulu s'approprier et faire déplacer la statue qui séjourna un temps notamment au Laos. In fine, c’est le général siamois Taksin qui l’installa temporairement en 1778 au Wat Arun de Bangkok, avant qu’elle termine enfin son voyage en 1784 dans le fabuleux Wat Phra Kaeo édifié en son honneur.
Présentée sur un piédestal en or sur un autel de 11 mètres de hauteur, la statue se trouve à l’intérieur d’une vitrine de verre (les photographies ne sont en principe pas autorisées). Elle est coiffée d’un parasol en or à 9 étages symbolisant la royauté universelle. La statue cristallise la ferveur des fidèles, y compris celle du roi et de la famille royale. À chaque saison se déroule l'importante cérémonie du changement de tenue de la statue : un châle doré pendant l’hiver, une robe et une coiffe dorée pour la saison des pluies, et une couronne de bijoux pour l’été. C’est le roi Bhumidol en personne qui change très solennellement les habits du bouddha d’Émeraude.
En posture assise de bhumisparsa, la statue représente le Bouddha en pleine méditation. Une position très peu représentée dans l’art bouddhique thaï qui fait penser à certains scientifiques qu’elle proviendrait du Sri Lanka, ou du Cambodge. Selon la légende, elle aurait apporté prospérité et protection à tous ceux qui l’ont possédé au cours des siècles.

Le Wat Phra Kaeo en pratique
Sanan Chai Road, Bangkok, station bateau Tha Chang. Tél. : 02 222 81 81
Horaires : tous les jours, 8h-16h
Découvrez toutes nos idées de voyages pour visiter le Wat Phra Kaeo

© photo principale : Jorge Láscar © photos article : Jérôme Cartegini, Warawut Srisopark