Le parc national de Khao Yai

Il y a tellement de choses à voir et à faire en Thaïlande que certains lieux pourtant exceptionnels restent peu connus des étrangers. C’est le cas du splendide parc national de Khao Yai qui se trouve dans la région de l’Isan dans le nord-est du pays. Inscrit au patrimoine de l’Unesco, ce site à seulement 200 km de Bangkok abrite l’une des plus vastes forêts d’Asie, mais aussi des reliefs, des prairies de montagne, de magnifiques chutes d’eau ou encore des grottes envahies de milliers de chauves-souris. Un trésor naturel où les animaux sauvages vivent en totale liberté. A découvrir absolument à l’occasion d’un trek en pleine jungle inoubliable.

Paradis tropical

Tout premier parc national créé en Thaïlande en 1962, Khao Yai constitue un endroit de rêve pour les amateurs de randonnée et les amoureux de la nature. Situé à proximité de la ville Pak Chong, il s’étend sur quatre provinces : Nakhon Ratchasima, Prachinburi, Saraburi et Nakhon Nayok. D’une superficie de 2168 km2 (80 km d’est en ouest), cet immense parc est presque entièrement recouvert par plusieurs types de forêts (humide, humide semis-persistante, et persistante d’altitude), et de reliefs dont le plus haut culmine à 1 351 mètres d’altitude. Il compte une dizaine de chutes d’eau spectaculaires, dont les célèbres chutes Haew Suwat, immortalisées dans le film La Plage avec Leonardo DiCaprio.

Vue du coucher de soleil depuis l'une des deux tours d'observation.
Vue du coucher de soleil depuis l'une des deux tours d'observation.

Le parc possède de nombreux sentiers de randonnée plus ou moins bien balisés et difficiles, ainsi que deux tours d’observation de la faune. Il est autorisé de se déplacer seul le long des routes et des chemins du parc, mais pour s’aventurer dans la jungle, un guide est indispensable. Outre près de 70 espèces de mammifères (éléphants, ours, léopards, cerfs, macaques, gibbons...), il y a de nombreuses espèces dangereuses de serpents, dont des cobras et des vipères de bambou, des varans géants, et toutes sortes d’insectes tels que d’impressionnants scorpions, des araignées, ou encore des sangsues qui sont particulièrement virulentes durant la saison des pluies (mai à octobre). Les ornithologues en herbe sont quant à eux particulièrement gâtés avec plus de 300 espèces d’oiseaux à observer, dont plusieurs espèces de calao si caractéristiques de la région.

Il est possible de se baigner au pied de certaines cascades du parc national de Khao Yai.
Il est possible de se baigner au pied de certaines cascades du parc national de Khao Yai.

Visiter le parc

Une fois arrivé dans le parc, il faut suivre la route principale qui traverse le parc de part en part jusqu’au Visitor Center. On y trouve tous les renseignements sur les hébergements disponibles dans le parc (camping, bungalows...), et pour organiser un safari ou un trek en pleine jungle avec des rangers. Il y a des itinéraires plus ou moins longs et difficiles à faire de jour comme de nuit. Ceux de nuit permettraient d’observer encore plus d’animaux, mais on n’est déjà pas déçu dans la journée.
L’une des randonnées démarre en pleine jungle à proximité du Visitor Center et se termine à une tour d’observation située près d’un point d’eau. Il est fortement conseillé de porter des bonnes chaussures, des chaussettes, et un pantalon. Pour les sangsues quasi-inévitables, il se dit que la crème corporelle mélangée à du sel serait un bon répulsif. À tester !

blog-thailande-parc-national-khao-yai-5

Le parcours de la jungle

Dès que l’on pénètre dans la forêt, l’aventure commence. Entre les sons, les puissantes odeurs végétales, et l’air moite de la jungle, tous les sens sont en éveil. Mais c’est évidemment la rencontre avec la faune sauvage qui est la plus impressionnante. Avec un ranger qui connaît la jungle et les habitudes des animaux comme sa poche, il ne faut généralement pas attendre longtemps pour croiser certaines espèces comme des gibbons aux mains blanches qui volent littéralement d’arbre en arbre, des cerfs Sambar, de majestueux calao, des faisans pyronote du Siam (oiseau national de Thaïlande), mais aussi des espèces plus inquiétantes comme des scorpions, ou encore des serpents qui se fondent dans leur environnement…
De la tour d’observation, le spectacle est total si on a la chance de voir des éléphants venir s’abreuver et jouer dans l’eau. L’aube et la tombée de la nuit sont les moments les plus propices pour les observer.

On croise des macaques et des gibbons un peu partout dans la forêt humide.
On croise des macaques et des gibbons un peu partout dans la forêt humide.

Le parc ne figure pas dans tous les guides touristiques, et pourtant il vaut vraiment le détour. On ne s’attend pas du tout à voir autant d’animaux en Thaïlande, a fortiori à l’état sauvage. La grande majorité des visiteurs sont des touristes thaïlandais qui viennent ici surtout le week-end. Avec plus de 1 million de visiteurs par an, la biodiversité du parc se trouve malheureusement de plus en plus menacée et des espèces comme les tigres, les crocodiles, et bien d'autres ont quasiment disparu.

Se rendre au parc national Khao Yai

Parc national Khao Yai, 8 Sarika, Mueang Nakhon Nayok District, Tél. : +66 (0)8 6092 6529
Tarifs : 400 bath pour les adultes (env.10 €) et 200 bahts pour les enfants (5 €).

© photo principale : Jérôme Cartegini © photos article : Jérôme Cartegini, OT Thailand