Le roi de Thaïlande

Alors que dans la plupart des pays du monde, la royauté ne joue plus qu’un rôle symbolique, le roi de Thaïlande fédère toute une nation derrière lui. Sa majesté Bhumibol Adulyadej (Rama IX) règne depuis 1946 sur le royaume du Siam.

Une destinée hors du commun

Le roi Bhumidol est né en 1927 à Cambridge dans le Massachusetts aux États-Unis où son père, le fils cadet du roi Rama V, suivait des études de médecine à Harvard. À partir de 1933, il s’établit en Suisse avec sa mère, son frère aîné et sa sœur. Il y poursuit ses études à l’école puis à l’université de Lausanne où il se passionne pour le saxophone et l'architecture. Selon les lois de successions de la monarchie thaïlandaise, rien ne prédestine le prince Bhumidol à monter un jour sur le trône.
En 1935, suite à l’abdication de son oncle, le roi Rama VII, son frère aîné Ananda, alors âgé de seulement 10 ans, est désigné comme le nouveau roi de Thaïlande, mais attend la fin de la Seconde Guerre mondiale pour rentrer au royaume en 1946. Le jeune souverain de 21 ans ne règne que quelques mois sous le nom de Rama VIII avant de mourir le 9 juin 1946 dans de troublantes circonstances. Il est en effet retrouvé mort au petit matin à la suite d’un mystérieux accident survenu avec une arme à feu dans sa chambre du Palais Royal. Deux serviteurs seront exécutés quelques années plus tard, mais personne ne sait encore aujourd'hui ce qui est réellement arrivé.
C’est ainsi que Bhumidol succède à son frère et accède au trône. Il choisit toutefois de retourner en Suisse pour terminer ses études en science politique et juridique, cette fois-ci afin d’acquérir les compétences nécessaires pour régner. Son couronnement ainsi que son mariage avec la princesse Sirikit Kitiyakorn ont lieu quelques années plus tard en 1950. L’histoire est en marche…

 

Le roi Bhumidol et sa superbe reine Sirikit Kitiyakorn
Le roi Bhumidol et sa superbe reine Sirikit Kitiyakorn

Un roi pas comme les autres

La monarchie thaïlandaise a débuté en 1238 dans le fabuleux royaume de Sukhothaï. Des guerres aux révolutions, en passant par les changements dynastiques, les coups d’État et le développement de la société moderne, elle a résisté absolument à tout.
De tous les monarques qui se sont succédé dans le royaume, le roi Bhumidol Adulyadej, dont le nom signifie « force de la terre et pouvoir inégalé » est sans doute l’un des plus vénérés par la population. Profondément dévoué à son peuple, il est connu pour son habileté politique et sa propension à résoudre les problèmes. Grâce au profond respect qu’il inspire à toute la population, il a évité à plusieurs reprises au pays de sombrer dans la guerre civile. Réservé et discret, celui qui est considéré comme un demi-dieu par ses 67 millions de sujets ne se montre que très rarement en public.
Durant son règne, le plus long du monde, il n’a pas cessé de parcourir le pays de long en large, notamment pour aider au développement des zones les plus pauvres. Il a mené des actions exceptionnelles pour aider les paysans à utiliser des systèmes d’irrigation modernes pour développer l’agriculture. Au bord de la ruine après la Seconde Guerre mondiale, le pays est aujourd’hui la deuxième économie de l’Asie du Sud-Est, et le premier exportateur mondial de riz.
En 2006, le Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan est venu en personne en Thaïlande pour décerner au roi le prix exceptionnel du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Dans un discours qui a fait la fierté des Thaïlandais, Kofi Annana a tenu à saluer son action exceptionnelle dans le domaine du développement humain, de la réduction de la pauvreté et de la conservation de l'environnement en Thaïlande.

 

Le jeune roi Bhumidol en visite en Angleterre
Le jeune roi Bhumidol en visite en Angleterre
Rencontre du roi Bhumidol avec le président des États-Unis Barack Obama
Rencontre du roi Bhumidol avec le président des États-Unis Barack Obama

Le discours du roi

En homme d’affaires avisé, Bhumidol a batti une fortune colossale qui s’élèverait aujourd’hui à 35 milliards de dollars. C’est le monarque le plus riche du monde, mais il vit très simplement et ne voyage quasiment jamais à l’étranger. Fervent bouddhiste et très conservateur, il ne s’accorde qu’un seul passe-temps, le saxophone. La couronne ne coûte rien aux Thaïlandais, la famille royale est immensément riche et subvient elle-même à ses besoins. Chaque année pour son anniversaire le 5 décembre, il prononce un discours qui constitue l’un des temps forts du royaume.
Se pose aujourd'hui la question de sa succession, mais mieux ne vaut ne pas aborder ce sujet délicat avec des Thaïlandais. La population déteste en effet à l’unanimité le prince héritier Vajiralongkorn, âgé de 62 ans. Plus connu pour ses frasques et excès en tous genres que pour son intelligence, il n'aurait pas l'envergure pour succéder à son père. Les Thaïlandais lui préfèrent la princesse Sirindhorn, l'autre enfant du couple royal, mais celle-ci n'a aucun droit sur le trône… Très affaibli, le vieux souverain qui vient de fêter ses 88 ans est désormais hospitalisé en quasi-permanence à Bangkok. La grande majorité des Thaïlandais qui n’ont connu quasiment que Bhumidol voudrait le croire immortel.

© photo principale : OT Thailand © photos article : Nationaal Archief, Pete Souza