Le village des éléphants

Avec mon fils Tangmoo, j'ai découvert Ban Ta Klang, le village des éléphants, situé dans la province de Surin.

Des hommes et des éléphants

blog-thailande-ban-ta-klang-village-elephants

 

Ban Ta Klang est un village bien propret. Au premier regard, rien ne le distingue des autres villages de la Thaïlande… à ceci près que l'on y voit des éléphants à chaque coin de rue, sur la moindre parcelle ombragée.

Ici le tourisme a son roi et c'est l'éléphant. Autour de ce pachyderme puissant et extrêmement intelligent, se sont développés des boutiques de souvenirs, des bouis-bouis où se restaurer, des échoppes de cannes à sucre… et des excursions variées. Au programme : balades à dos d'éléphant, tour en nacelle, spectacle, etc. Il y a aussi un petit musée pour expliquer la tradition du peuple Kui qui habite le village et les liens privilégiés qu'ils ont avec les éléphants.

Balade à dos d'éléphant

Tangmoo et moi avions un plan : une balade à cru à l'écart du village et plus intime ! Les mahouts nous attendaient, sympas, nonchalants, à l'image des éléphants qui eux, attendaient paisiblement sur les bords de la rivière. On devait faire un promenade autour des multiples bras de la rivière Moun, la mousson étant plutôt clémente, la rivière n'était pas en crue !

À cheval sur un éléphant

blog-thailande-ban-ta-klang-village-elephants-2

 

Tangmoo se sentait tout petit près de ces animaux hors catégories et moi je me demandais comment j'allais pouvoir monter dessus. Tant bien que mal, Tangmoo et mois avons réussi à nous hisser sur le dos des éléphants et nous voilà partis pour une balade à deux mètres de hauteur.

Un léger déhanchement, un équilibre précaire, un peu comme sur un bateau sur une houle en haute mer... Les mahouts conseillent de s’asseoir au plus près de l'encolure de l'éléphant en calant ses genoux juste derrière les oreilles. À les entendre, en se laissant aller, tout se passe bien ! À une exception près : moi. Impossible de trouver mon équilibre, surtout qu'un éléphant, si on ne le retient pas, mange tout le temps...  Il s'arrête sans arrêt et arrache ce qu'il peut sur sa route, et lorsque il baisse la tête, il faut alors se pencher en arrière, mais vraiment se pencher en arrière avec l'appréhension d'une chute inéluctable vers l'avant... Très rapidement cela devient physique et très rapidement la position devient très inconfortable... Je décidais de continuer à pied au pied de ces princes de la forêt suivi bientôt de Tangmoo.

Au pied des éléphants

blog-thailande-ban-ta-klang-village-elephants-3

 

Nous avons continué tranquillement, au rythme des éléphants, marchant soit devant ou derrière suivant l'accès plus ou moins facile des chemins de brousse... Nous avons passé plusieurs gués et nous sommes arrêtés fréquemment pour faire boire les éléphants. Pour finir, nous avons assisté à la baignade bien méritée des pachydermes : petits massages de la tête, aspersion impressionnante et quelques barrissements plus loin, il était temps de nous quitter !

La bénédiction des éléphants

Il fallait faire une dernière chose importante pour la bonne chance et pour s'apporter les bonnes grâces des esprits de cet animal gracieux et imposant : passer trois fois sous le corps de l'éléphant en prodiguant quelques mantras... Une manière de nous rappeller l'humilité et le respect que l'on doit avoir envers ces magnifiques animaux.

Les mahouts, à la fois maîtres et serviteurs des éléphants, nous ont ensuite dit au revoir, nous laissant quelques poils noirs de la queue du pachyderme. En les portant autour du poignet, ils nous rappelleront toujours l'entente qui lie l'homme à l'éléphant et le respect que l'on doit à tout être vivant.

Paille Kheundheu ! ("À bientôt" en lao)

Retrouvez Jeff sur son blog Jeff de Pangkhan, l'homme des rizières

© photo principale : Fanny Gaillon © photos article de haut en bas : Jeff