Les amulettes sacrées

La culture thaïlandaise est profondément ancrée dans des traditions religieuses bouddhistes teintées de fortes influences animistes. Bien que la population se compose de plus de 90 % de bouddhistes, elle conserve des croyances ancestrales qui relèvent davantage du culte des esprits et de la magie. C’est la raison pour laquelle les Thaïs attachent une énorme importance aux amulettes auxquelles ils attribuent toutes sortes de pouvoirs.

À chaque situation son amulette

Le culte des amulettes existe depuis des siècles en Thaïlande. Accrochées  au rétroviseur d’une voiture ou d’un tuk tuk, suspendues à l’intérieur d'une maison ou d'un commerce, ou portées autour du cou ou du poignet, impossible de ne pas remarquer cette profusion de pendentifs. Ils représentent généralement une image de Bouddha, mais aussi des figures de moines célèbres, ou des divinités hindoues telles que Ganesh ou Shiva. Que cela soit pour conjurer le mauvais sort, obtenir un travail, réussir un diplôme, augmenter sa force, séduire une personne, gagner à la loterie, ou encore se protéger des mauvais esprits et autres ondes négatives, il existe des amulettes pour tous les types de situations. Les Thaïlandais croient dur comme fer à leurs pouvoirs magiques et ils peuvent parfois en posséder plusieurs dizaines.

 

blog-thailande-amulettes-sacrees-2
Les amulettes fabriquées par des maîtres ayant des pouvoirs surnaturels reconnus s'arrachent à prix d'or.

Un marché ancestral florissant

Cette croyance fascinante génère un énorme marché estimé à plusieurs dizaines de milliards de bahts chaque année. Les « vraies » amulettes sont fabriquées par des maîtres bouddhistes reconnus comme ayant des pouvoirs sacrés et surnaturels. Elles sont vendues dans les temples, dans des boutiques ou sur les nombreux marchés aux amulettes du royaume. Chaque amulette intègre la signature du moine qui l’a fabriquée et bénie ainsi que des formules sacrées gravées en khmer. Elles doivent être en principe fournies avec un certificat d’authenticité. Un nombre impressionnant de magazines spécialisés et de site Internet permettent aux Thaïlandais de se tenir informés sur le sujet.

Fabriquées à partir de métaux ordinaires ou précieux, elles renferment des substances souvent tenues secrètes comme de la poudre d’os de crémation, du mercure, une perle, etc. En forme de boules, de petits cylindres, de coquillages, ou encore de rectangles, il existe une grande variété d’amulettes. Chacune possède des pouvoirs différents.

 

blog-thailande-amulettes-sacrees-3
Les Phra Kring comprenant des images de Bouddha font partie des talismans les plus courants.

Les différentes sortes d’amulettes

Certaines amulettes sont particulièrement populaires, à l'instar de celle appelée Phra Pitta qui représente un Bouddha se cachant les yeux. Selon les croyances thaïes, elle constitue une excellente protection contre les mauvais esprits et porte chance. Les Phra Kring qui contiennent une image de l’Éveillé en position assise garantissent quant à elles santé et prospérité à  ceux qui la portent. Très courantes également, les Takuts possèdent différents pouvoirs en fonction des inscriptions magiques chargées par le maître. Beaucoup plus rares et très précieuses car difficile à concevoir, les amulettes en forme de bille appelées Bia Geow contiennent du mercure et servent de protection contre la magie noire. Sans parler des modèles fabriqués de manière industrielle et qui n’ont aucune valeur spirituelle, le prix des amulettes authentiques fabriquées par des moines peut varier de quelques dizaines à plus de 30 000 euros.

Si vous êtes de passage à Bangkok, ne ratez surtout pas la visite du plus célèbre marché aux amulettes du royaume, le Wat Phra Kaew. Situé dans le quartier Sanam Luang à proximité du Wat Po, il offre une occasion unique d'admirer des amulettes très anciennes et d'observer les tractations durant lesquelles les spécialistes analysent méticuleusement les inscriptions sacrées des talismans à l'aide de petites loupiotes.

 

blog-thailande-amulettes-sacrees
Les talismans représentent des images de Bouddha ou de maîtres célèbres.
© photo principale : Jérôme Cartegini © photos article : OTT, Jérôme Cartegini